Warning: imagecreatetruecolor(): Invalid image dimensions in /srv/madshop/system/library/image.php on line 105Warning: imagecolorallocate() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /srv/madshop/system/library/image.php on line 113Warning: imagefilledrectangle() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /srv/madshop/system/library/image.php on line 116Warning: imagecopyresampled() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /srv/madshop/system/library/image.php on line 118 nao do brasil
#

NAO DO BRASIL Story !

Vous n’avez pas entendu parler de NÃO do Brasil avant ? 

Autant vous prévenir, on les adore !


Le principe: un seul modèle décliné à l'infini..... ou presque avec 250 couleurs et plus de 15 teintes de semelles différentes pour un prix de 44 euros .

Le conceptNÃO c’est une marque de chaussures fabriquées artisanalement à la main, par des adultes au Brésil (si si, on vous assure que les petits rikiki n’y sont pour rien) avec des produits recyclés ou de récupération.

Fabrication a la mano » signifie bien évidemment que chaque paire est presque unique. La taille peut varier de quelques millimètres et les couleurs de quelques nuances.

Autour de la marque, la légende d'Adilson

La légende dit que, quelque part au plus profond du Minas Geraïs (région aride du Brésil) lassé de marcher pieds nus, et d'entendre sa pauvre mère lui répondre NÃO à chaque demande de sa part pour acheter une simple paire de chaussures, le petit Adilson prit l'habitude de s'en fabriquer avec toutes les matières colorées qu'il récupérait dans les quartiers pauvres de Belo Horizonte. Au fil des ans, ses chaussures devinrent de plus en plus belles. Aujourd'hui, il se dit qu'Adilson est un homme heureux, à la tête d'une petite entreprise qui fabrique des milliers de chaussures multicolores pour le bonheur de tous. Lorsqu'on lui demandait s'il avait donné un nom à ses chaussures, il se rappelait sa mère et répondait invariablement NÃO, un sourire énigmatique aux lèvres... Ainsi naquit le nom de NÃO, c'est la légende qui le dit ...